Vide

Total : 0,00 €

Nunc Nº2

Edition standard
Avec des oeuvres de:
17,00 €

Présentation

Liminaire

Liminaire

… Nous avons faim et soif de parole, non de mots. Faim et soif de visages, non de concepts. De vérité, non de discours. Faim et soif de connaître ce qui s’est passé, ce qui a été proclamé et entendu par ces témoins obstinés, ces passeurs silencieux, ces stalker dont les noms secrets voyagent de bouche en bouche, comme autant de “promesses encloses”…

…Abattre ces cloisons de la pensée qui travestissent la peur en minimalisme matérialiste. Jeter ces béquilles, les néo- et les post- de tout acabit, qu’il nous arrive encore d’utiliser, sans trop savoir ce qu’ils promettent. Tenter une parole, avec ses maladresses, ses imperfections, mais une parole fidèle…

…Voir notre temps délivrer son sens. Relier ce que l’homme a cru défaire, pour donner profondeur à toutes ses sciences. Provoquer des paroles sur les fondements, et pas seulement des débats sur les symptômes.

Telle est notre attente, tel est notre désir. Les temps sont ouverts. Nos piétinements nous empêchent souvent de les voir. Les catégories qui nous servent de cosmologie et de théologie escamotent, malgré elles, cet horizon qu’elles ont pourtant préparé à se découvrir. Les temps sont écourtés. Nous choisissons tout…

La piété, c’est l’ouverture à quelque chose de plus haut. Nous sommes pieux lorsque nous sentons quelque chose au-dessus de nous et que nous nous rendons disponibles à en subir l’action. Or de quelles manières un penseur s’ouvre-t-il au Plus haut ? En ébranlant les certitudes du sens commun, en faisant problème à ce que chacun tient pour évident… (Jan Patocka)

… Nunc entend faire l’apologie d’une urgence à long terme, l’urgence d’un ordre dont les degrés sont à inventer et à découvrir. Nunc ne se satisfait pas de cette réduction aux seules traces : nous ne sommes pas seulement du « parler », du « penser » ; notre parole et notre pensée nous enracinent et nous ouvrent au temps de ce jour. Pas de « lieux », mais de la présence. Une présence toute tissée de brûlures et de chutes. Nunc ne se satisfait pas plus des « retours » et du « néospiritualisme ». Il existe une chair de la parole qui consomme à la fois le néant de la présence toujours ajournée et l’idole d’une présence immuable. Ni une troisième voie, ni un dépassement, mais une assomption du désir de la présence par la présence elle-même.

Et si la vérité était en personne ?

… Nunc, comme une pincée de poivre et de sel, attendant des répliques et des convergences. Nunc accueille avec l’idée que la vérité se dévoile à ceux qu’elle rassemble.

… Accueillons le Jour. Pupille de l’œil. Œil du cœur. Cœur transfiguré par ton regard…