Vide

Total : 0,00 €
idier-nunc-corlevour Attaché culturel Chine Inde Gallimard La Musique des pierres Nouvelle Jeunesse

La ville noire

238 pages
Collection:
Proses
18,00 €

Le livre -----------------------------------------

Et si mourir n’était pas si définitif qu’on le prétend ? Si un mort pouvait continuer à vivre ? Encore un peu, le temps de comprendre qu’il est mort ? Et si le chemin retour lui était indiqué ? En ferait-il bon usage ? Aurait-il vraiment envie de revenir à la vie ?... Ça fait beaucoup de questions... Quand on est mort, on a le temps. C’est du moins ce qu’on croit...

Voila donc qu’un homme est mort. Il s’appelle Pierre. C’est le personnage principal de ce roman. Il se retrouve dans la Ville noire - l’antichambre de l’enfer (ou du paradis). Il va lui arriver un certain nombre de choses, et il aura des choix à faire. Non pas qu’il en ait réellement envie - mais une femme va l’y obliger. Cette femme s’appelle Melinda. C’est un joli prénom. C’est une jolie femme. Elle adore nager et faire l’amour. Pour elle, il lui faudra mourir un peu plus encore.

La Ville noire, ce pourrait être n’importe quelle ville du monde, Paris, New York, Shanghai, Tanger... On dira que c’est Tanger. Située entre deux mondes, entre l’Afrique et l’Europe, elle semble également située à la charnière du réel et de l’irréel, du pays des vivants et de celui des morts, séparés par une étendue d’eau aux courants forts.

__________________________________________________________

 

4e de couverture

 

« Comprenez bien, le marché de la mort a toujours été très lucratif, chers amis. Préhistoire, histoire, hindouisme, bouddhisme, christianisme, islamisme, posthumanisme, et j’en passe : le cercueil, c’est rémunérateur. »

Tanger n’est pas une ville comme les autres. Située entre deux mondes, entre l’Afrique et l’Europe, elle semble également située à la charnière du réel et de l’irréel, du pays des vivants et de celui des morts, séparés par une étendue d’eau aux courants forts : le Détroit de Gibraltar. C’est sans doute cela qui a attiré un si grand nombre d’artistes, de William S. Burroughs à Jean Genet, en passant par les Rolling Stones.

Dans cette ville, à trois heures d’avion de Paris ou trente heures de paquebot de Marseille, le héros de ce roman étrange, à la limite du fantastique, se retrouve au célèbre palace tangérois, Le Minzah, avec vue sur la mer. Il y croise des personnages burlesques, à la fois drôles et inquiétants : Hubert le Nain, qu’il finira par tuer à coup de livre théologique, Admundsen l’homme de confiance en costume impeccable, et, surtout, l’insaisissable Mélinda, femme d’une beauté à couper le souffle qui va l’ensorceler et, de la manière la plus inattendue et révolutionnaire qui soit, lui faire retraverser le Détroit de Gibraltar, et lui redonner vie.

Car, nous oublions un détail, le héros est, clairement et simplement, mort. Et le voilà entré en pleine danse macabre, où Tanger est devenue la « Ville noire ».