Vide

Total : 0,00 €

Teresa Obolevitch, La philosophie religieuse russe

Une initiation à la pensée religieuse russe.
Teresa Obolevitch, La philosophie religieuse russe                         (Cerf, 2014)

Ce livre est un manuel de philosophie qui vient combler une lacune importante dans le champ francophone. Il a eu des prédécesseurs illustres, dont celui en deux volumes de Basile Zenkovski ou celui de G. Florovski, tous deux épuisés et difficiles à trouver. Cette Philosophie religieuse russe vient donc à point, complétant l’impressionnant et passionnant Dictionnaire de la philosophie russe publié il y a quelques années chez L’âge d’Homme : nous avons là deux outils précis et riches pour explorer cette philosophie par trop méconnue en France, et si peu utilisée.

Teresa Obolevitch réussit en outre deux tours de force. D’une part elle est au fait de toutes les recherches qui depuis une quinzaine d’années contribuent à sortir cette tradition philosophique des salles de théologie dans lesquelles l’esprit occidental se plaît à la cantonner, par commodité, par paresse ou par peu d’être dérangé. D’autre part, elle écrit de façon claire, sans avoir de thèse à défendre, sans manifester de préférence ni proposer une interprétation de cette tradition, comme le firent ses illustres prédécesseurs. En lisant ce précis, vous pouvez mesurer la diversité des parcours, l’intérêt de cette tradition qui s’est constituée en constant dialogue avec la philosophie occidentale, des Lumières à Husserl en passant par les Romantiques, les positivistes, Marx et Bergson : l’idée que philosophie et théologie n’appartiennent pas à deux champs universitaires, et partant de la pensée, antinomiques. L’occasion de redécouvrir Dostoïevski et Tolstoï – imaginez un manuel de philosophie française avec Proust et Bernanos –, de découvrir Simon Frank et Alexis Losev, d’explorer l’existentialisme ou la phénoménologie russes, et cela par-delà les frontières, car cette philosophie a été écrite en Russie comme au sein des la diaspora russe. Ce livre remarquable n’est pas une simple succession de « fiches auteur », il les met en relations, contextualise les débats, comme dans cet excellent chapitre sur la question « onomatodoxe » : à partir de la question de savoir si le nom de Dieu est Dieu lui-même présent, les philosophes russes ont développé les questions de linguistique, d’ontologie, etc. Deux de ces onomatodoxes – Pavel Florensky et Alexis Losev – ont été enfermés dans le Goulag stalinien, à cause de leur engagement philosophique : en Russie, penser a rarement été une simple affaire académique...


Franck Damour
 

Image